PORTRAIT

Maïlys TRAORE Rugbywoman

Palmarès

2012/2013
Championne de France avec la sélection Midi-Pyrénées à VII et à XV.

2013/2014
Championne de France à VII avec la sélection Midi-Pyrénées.
Championne de France Inter Secteur avec Grand Sud.
Sélections en équipe de France moins de 20 ans.

2014/2015
Championne de France inter secteur avec Grand Sud.
Championne de France Élite 2 en Armelle Auclair.
Sélection en équipe de France moins de 20 ans.

2015/2016
2 sélections avec France XV pour le Tournoi des 6 Nations.
Vainqueur du Tournoi des 6 Nations.

Drop et Big Mac en « mêlée »

fondblanc
C’est presque par hasard que Maïlys découvre le rugby. À 15 ans, très sportive, elle pratique le volley depuis 3 ans déjà. Ses amies l’incitent à essayer le rugby à l’UNSS à Millau. Absolument pas convaincue, Maïlys les suit, pour leur faire plaisir…
C’est un véritable coup de foudre et le début d’une ascension fulgurante !
Après quelques mois à l’UNSS Maïlys s’inscrit en 2010 au SOM Millau en Aveyron, avant de rejoindre trois ans plus tard Toulouse pour ses études et l’équipe de l’Avenir Fonsorbais  devenu depuis 2014 le Stade Toulousain Rugby Féminin. Maïlys enchaîne alors les titres de Championne de France puis devient Capitaine de l’Équipe de France qui remporte le tournoi des 6 Nations 2016.

La devise de Maïlys ? We only live once (on ne vit qu’une fois).
L’intensité est donc de mise pour cette jeune sportive qui, en plus de ses entraînements, au Stade Toulousain et en pôle France,  poursuit ces études en DUT de Gestion des Entreprises et des Organisations tout en travaillant 14 heures par semaine au McDo des Arènes…
Comment faites-vous Maïlys ? « En tant que sportive de haut niveau, je bénéficie d’un programme aménagé sur 3 ans pour mes études. Quant à mon travail, j’ai beaucoup de chance. Lorsque je suis arrivée, mon entraîneur m’a parlé de McDonald’s, partenaire du Stade Toulousain Rugby Féminin. Le McDo des Arènes, qui m’a embauchée, adapte mes horaires de travail en fonction de mes entraînements et de mes études. Je travaille le plus souvent entre midi et deux ou le matin tôt. Ainsi, je peux vivre ma vie et mon sport à 100 à l’heure !»

Plus d’informations sur www.stadetoulousainfeminin.com